Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8
Accueil
Nos publications
Actualités
Pratique
Nos activités
Contact

© 2017 CNMF
 

La France expulse des afghans dans un pays en guerre !





Un avion en provenance de Londres s’est posé à Paris, dans la nuit du mardi 20 à mercredi 21 octobre 2009, pour emmener vers l’Afghanistan trois demandeurs d’asile qui avaient fuit leur pays pour tenter de trouver asile en Europe.

Le CNMF, avec de nombreuses autres voix, s’élève avec force contre ce nouveau « charter de la honte », pour expulser en toute quiétude et en « douceur » des exilés vers l’Afghanistan, un pays ravagé par un état de conflit permanent depuis 30 ans.

Même des députés de l’UMP comme M. Pinte, Député des Yvelines et Mme Hostalier, député du Nord ont dénoncé cette expulsion scandaleuse que Monsieur le Ministre de l’Immigration et de l’identité nationale estime qu’il n’a fait qu’appliquer les textes en vigueur, en renvoyant des « clandestins » vers leur pays d’origine, considéré comme étant un pays sûr, alors que l’armée française elle-même enregistre en Afghanistan une insécurité croissante des troupes qu’elle y a engagées ?

Le CNMF s’indigne du mépris d’un gouvernement, sourd à la colère de celles et ceux qui se déclarent solidaires des exilés afghans.

Le CNMF demande le retour immédiat des expulsés afghans et soit mis une fin immédiate à toute mesure d’éloignement forcé vers l’Afghanistan ou tous autres pays en guerre et cela dans le strict respect minimal des textes internationaux ratifiés par la France tels que :

L’article 14-1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule que : « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier asile en d’autres pays »

Et l’article 4 du Protocole additionnel n° 4 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales du 16 septembre 1963 qui énonce que : « Les expulsions collectives d'étrangers sont interdites. »

Le CNMF rappelle que la jurisprudence constante de la Cour Européenne des Droits de l’Homme a toujours rejeté les opérations d’expulsion concernant les ressortissants des pays en guerre, considérant qu’ils risquent « des peines ou des traitements inhumains et dégradants » (article 3 de la CEDH), ce qui est exactement le cas en espèce !

Paris, le 21 octobre 2009
Pour le Conseil National des Marocains de France (CNMF)
Mokhtar FERDAOUSSI, Président

 
Dernières actualités