Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8
Accueil
Nos publications
Actualités
Pratique
Nos activités
Contact

© 2017 CNMF
 

SUISSE: le vote de la honte pour interdire les minarets, une énième discrimination et d’islamophobie à l’égard des musulmans.



Le CNMF dénonce une restriction injustifiée de la liberté de manifester sa religion. Avec une telle décision, la Suisse viole manifestement ses obligations en vertu du Droit international dans le domaine des Droits de l'Homme !

C’est avec stupeur que le CNMF a appris les résultats, inattendus, du référendum Suisse, en votant à une majorité écrasante de 57,5% l’interdiction des minarets à l’appel de la droite populiste Suisse.

Pour le CNMF, ce vote est à la fois xénophobe, islamophobe et discriminatoire ; il constitue une humiliation à l’égard des immigrés de confession musulmane installés en Suisse, présentés pendant la campagne du référendum comme une prétendue menace !

Ce vote constitue en même temps un révélateur, au-delà des frontières de la Suisse, d’une Europe qui cherche à se barricader, refusant de voir, dans la réalité, que l’islam est devenu sa deuxième religion.

Pour le CNMF, il est fortement à craindre que l’impulsion raciste de ce vote ne produise une contagion dans d’autres pays d’Europe. A ce titre, il met en garde contre toute instrumentalisation politique de ce vote, en France, à des fins xénophobes de la politique intérieure, dans le cadre du débat actuel sur « l’identité nationale » et de la campagne des élections régionales !

Le CNMF, considère, en autorisant un tel référendum, la Suisse a manifestement violé ses engagements et ses obligations en vertu du Droit international, notamment l’article 18 de la Convention Universelle des Droits de l’Homme de 1948 qui énonce que :

« Toute personne a droit (…) de conscience et de religion ; ce droit implique (…) la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites »

En conséquence, les autorités Suisses doivent prendre leur responsabilité et toutes les mesures nécessaires pour protéger pleinement le droit à la liberté de religion de la communauté musulmane, tout en regrettant que les craintes irrationnelles à l'égard des musulmans aient été largement exploitées à des fins partisanes.

Paris, le 30 novembre 2009
Pour le Conseil National des Marocains de France (CNMF)
Mokhtar FERDAOUSSI, Président


 
Dernières actualités