Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8
Accueil
Nos publications
Actualités
Pratique
Nos activités
Contact

© 2017 CNMF
 

COMMUNIQUE
Le Conseil National des Marocains de France (CNMF) dénonce la stigmatisation et l’instrumentalisation des Musulmans de France à des fins politiciennes et électoralistes en vue de 2012 !



Depuis une vingtaine d’années maintenant que les musulmans de France font l’objet de stigmatisation et d’instrumentalisations systématiques à l’approche de chaque élection !

En effet depuis l’affaire du foulard de Creil de 1989, en passant récemment par le débat sur l’identité nationale qui s’est d’ailleurs révélé par l’opinion comme un débat sur l’Islam, pour dramatiser et crisper le débat, on parle maintenant de la « burqa » et de polygamie, ce qui constitue manifestement un abus et une confusion de langage pour faire peur, alors que la « burqa » est un voile afghan !

Il semble que le Gouvernement s’oriente, en ignorant l’avis du Conseil d’Etat et la possible censure du Conseil Constitutionnel et de la Cour de Justice Européenne, vers l’interdiction en France du port du voile intégral dans l’ensemble de l’espace public. Cette même décision semble également être envisagée dans certains pays d’Europe ou au Canada.

Le CNMF estime que le projet de loi a décision du Gouvernement est plutôt motivée :
- Par l’instrumentalisation des musulmans et des immigrés en général comme boucs émissaires de tous les maux de la Société, pour tenter de détourner l’attention de l’opinion publique sur les difficultés de la crise économique et sociale que subissent de plein fouet de nombreuses familles modestes qui ont du mal à joindre les deux bouts !

Interdire le voile c’est en faire des femmes doublement victimes ; ce serait en plus ouvrir une voie extrêmement dangereuse en termes de libertés publiques.

Obliger les femmes à porter le voile comme leur interdire de cacher leur visage (sauf cas prévus où l’identité doit être prouvée) est également liberticide.

Les femmes ne doivent pas être forcées à porter un foulard intégral et il n’est pas non plus correct que la législation leur interdise de le porter. Toutefois, au nom de la sécurité publique, il est légitime que les femmes soient invitées à dévoiler en vue d’un contrôle d’identité.

Le Gouvernement devrait plutôt s’occuper de l’amélioration de la situation économique et sociale des citoyens, parmi lesquels on compte beaucoup d’immigrés de confession musulmane qui vivent mal le rejet et les discriminations au lieu de faire diversion sur des sujets sensiblement marginaux ! En effet, il faudrait plutôt mettre en place des politiques sociales et anti-discriminatoires ; un travail politique, citoyen, de réflexion sur les conditions du « vivre ensemble ».

Le CNMF :

- condamne toute tentative de passage en force d’une loi sur un phénomène infiniment marginal et risque de produire des conséquences pires que la situation qu’elle serait censée corriger ;

- s’oppose, au nom des valeurs universelles des Droits de l’Homme dont la France est liée, à toute loi d’interdiction générale et absolue du port du voile intégral, car cette interdiction sera contraire notamment à :

- A l’article 9 de la Déclaration Européenne des Droits de l’Homme sur la Liberté de pensée, de conscience et de religion qui énonce que :
« 1- Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites.

2- La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

- A l’article premier de la Constitution Française du 4 octobre 1958 qui indique que :
« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances…

- A l’article premier de la Loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat qui indique que :
« La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public ».

Fait à Paris, le 24 avril 2010

Le Conseil National des Marocains de France (CNMF)


 
Dernières actualités