Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8
Accueil
Nos publications
Actualités
Pratique
Nos activités
Contact

© 2017 CNMF
 

«Halte à l’amalgame et les préjugés : immigration = criminalité, délinquance, insécurité…

Le CNMF dénonce, pour la énième fois, l’instrumentalisation et la stigmatisation des immigrés à des fins politiciennes et électoralistes ! »


 

Après la polygamie, la burqa, le nouveau projet de loi destiné à restreindre les droits des étrangers, voilà maintenant le tour du retrait de la nationalité française à toute personne d’origine étrangère qui aurait atteinte à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre dépositaire de l’autorité publique, a déclaré le Chef de l’Etat Français, Nicolas Sarkozy. Par la même occasion, il a déploré l'«échec» du modèle d'intégration français depuis 50 ans, en mettant clairement en parallèle l'insécurité et l'immigration.

En prônant la déchéance de la nationalité, M. Sarkozy s'attaque à deux principes juridiques considérés comme étant intangibles, le refus de toute distinction entre les Français "de souche" et ceux ayant acquis la nationalité !

Le CNMF considère que ces dernières déclarations sont plutôt motivées :
- Par la volonté, après l’échec des élections régionales, l’impopularité du Chef de l’Etat et de son Gouvernement de reconquérir les électeurs qui sont retournés vers les partis d’extrême droite !
- Par l’instrumentalisation des immigrés en général comme boucs émissaires de tous les maux de la Société, pour tenter de détourner l’attention de l’opinion publique sur les difficultés de la crise économique et sociale que subissent de plein fouet de nombreuses familles modestes !

Le CNMF refuse cette surenchère populiste et raciste et demande à ce que l’immigration ne soit plus utilisée comme « boucs émissaires », à chaque fois qu’un gouvernement est en crise d’impopularité ou à l’approche d’un calendrier électoral, une telle approche est indigne et irresponsable ; elle concourt à légitimer les thèses de l’extrémisme et favorise la montée de la xénophobie, du racisme et de l’exclusion des plus faibles !

Heureusement des voix s'élèvent de par le Monde pour dénoncer une telle politique. Même des députés de la majorité gouvernementale font connaître leur désaccord, mais aussi des syndicats de policiers qui émettent de sérieux doutes quant à l'efficacité de telles mesures !

Le CNMF ne peut que dénoncer, pour la ènième fois, la stigmatisation et l’instrumentalisation des immigrés à des fins politiciennes et électoralistes et invite tous les citoyens pour qui la liberté et la justice a un sens à s’opposer à ces nouveaux reculs de l’Etat de Droit. L’acharnement aveugle des autorités politiques sur les questions d’immigration pose des problèmes graves quant au maintien des Droits et des libertés dans le pays de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen !

C’est pourquoi, le CNMF joint sa voix à celle des associations de défense des Droits de l’Homme en participant à la manifestation du samedi 4 septembre à Paris, pour s’opposer à une telle politique.

Paris, le 1er septembre 2010.
Pour le CNMF, Mokhtar FERDAOUSSI, Président

 
Dernières actualités