Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8Paris tour eiffelKoutoubiaSacre coeurNotre dameFantasiaArc triompheLa defensePorteur d'eauLaconcordeMadeleineMenaraMosqueeZegzel 0805 2Zegzel 0805 4Zegzel 0805 8
Accueil
Nos publications
Actualités
Pratique
Nos activités
Contact

© 2017 CNMF
 

La discrimination à l’accès à l’emploi et à l’insertion professionnelle

 

Le CNMF accorde une place particulière à la question de l’accès à l’emploi des personnes d’origine étrangère, l’insertion professionnelle étant un facteur déterminant pour l’intégration de ces publics.

 

Face aux discriminations raciales excluant certains publics du marché du travail et aux problèmes de déclassement des personnes diplômées ne pouvant accéder à des postes correspondant à leurs compétences.

 

En effet, le taux de chômage des personnes étrangères ou issues de familles immigrées, habitant le plus souvent dans les quartiers sensibles est supérieur de deux à 3 fois à la moyenne nationales pour les mêmes tranches d’âge, révélant les difficultés qu’elles rencontrent dans leur insertion professionnelle et les discriminations qu’elles peuvent subir.

 

Devant cette situation scandaleuse, le CNMF entend mobiliser son réseau pour mieux identifier la nature des difficultés rencontrées par les personnes concernées, notamment les jeunes et les femmes, pour sensibiliser les partenaires institutionnels, notamment économiques, pour prévoir les mesures d’accompagnement nécessaires pour empêcher ces discriminations.

 

Les discriminations sexistes


 

Les femmes immigrées sont doublement discriminées. Elles sont discriminées en tant que femmes, comme toutes les femmes, mais aussi elles sont discriminées en qu’immigrées. Leur taux de chômage reste fort par rapport à la moyenne nationale. Elles sont reléguées dans des emplois peu qualifiés, souvent précaires.

 

Le CNMF doit agir d’une manière générale pour promouvoir l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes et combattre toutes mesures discriminatoires dans l’accès à l’emploi les concernant.

 

Discrimination à l’encontre des jeunes :

 

En février 2003, le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans s’élevait à 22% contre 8,5 % chez les 25 à 49 ans. Pour les jeunes issus de l’immigration ce taux est de deux à trois fois plus que celui des autres jeunes.

 

Selon plusieurs études convergentes quant à leurs conclusions, les jeunes issus de l’immigration éprouvent des difficultés particulières pour trouver un emploi et s’insérer professionnellement. Leur taux de chômage, à niveau scolaire égal, est nettement supérieur à celui des autres jeunes.

 

Par ailleurs, les jeunes issus de l’immigration sont sous représentés dans les dispositifs d’accès à l’emploi en alternance, en particulier dans l’apprentissage, alors que cette filière facilite leur insertion professionnelle en leur donnant une qualification. En effet, les jeunes issus de l’immigration se heurtent à des obstacles importants pour trouver une formation en alternance ou pour un simple stage en entreprise.

 

Le CNMF compte mobiliser sur cette question son réseau associatif pour agir auprès du monde économique pour :

 

        * faciliter l’accès à l’apprentissage des jeunes issus de l’immigration,

        * mobiliser les chefs d’entreprises sur la question de discrimination,

        * mobiliser certains réseaux responsable de l’apprentissage sur la promotion de l’égalité des chances dans l’accès des jeune d’origine étrangère à l’apprentissage et la prévention des discriminations dans ce domaine
<

 
Dernières actualités